2019-09-16 Reprise des cours !

Vous avez toujours rêvé d’apprendre l’allemand ? Vous attendiez d’être à la retraite pour vous (re)mettre à l’anglais ? Vous avez besoin d’un soutien scolaire pour le collège ou le lycée ? Vous envisagez d’inscrire vos enfants à des cours de langues ludiques ?

Nous sommes là pour vous !

N’hésitez pas à nous contacter par téléphone aux horaires de permanence :

lundi de 10h30 à 18h, mardi de 11h  à 19h,  jeudi (semaine impaire) de 11h00 à 19h00 et mercredi (semaine paire) de 11h à 19h

ou par mail :

espacelangues@yahoo.com

Flyer 2019

2019-09-07 Assoc’s pour tous

Venez nous rencontrer lors du forum des associations pour échanger autour des cours de langues que nous vous proposons !

Où ?

Au CABL à Andrézieux-Bouthéon

Quand ?

le samedi 4 septembre de 9H à 13H,

A très vite !

AssosPourTous_A3_2021_V2       Capture d'écran forum des assoc'

 

Soirée autour d’un film

TE DOY MIS OJOS

D’Icíar Bollaín  2003.

Jeudi 2 Mai 2019- 20H

 * Festival de San Sebastian 2004 : prix de la meilleure actrice et du meilleur acteur : Laia Marull et Luis Tosar

* 7 Goyas d’or en Espagne

 Pilar se réfugie avec son fils chez sa sœur Ana pour fuir la violence de son mari Antonio.

Une porte s’entrouvre sur son univers étouffant avec le petit travail que sa sœur lui obtient : vendre les billets pour les visites guidées de la cathédrale de Tolède.

Antonio tente une thérapie de groupe pour combattre ses colères et sa violence. Il parvient à convaincre Pilar, qui se débat entre amour et angoisse, de revenir au domicile conjugal. Après un temps de calme « électrique », c’est à nouveau l’escalade de la violence … jusqu’à l’humiliation de trop ! Pilar, sans plus aucune illusion sur son mari, aidée par ses collègues de travail et la perspective d’une formation de guide conférencière qui lui permet de se reconstruire, quitte définitivement le domicile conjugal.

C’est un film dur. On en sort rompu, qu’on soit homme ou femme, où rien n’est caricatural : ni les personnages, ni les situations. Sans  manichéisme. Sans pathos, la cinéaste démonte le mécanisme qui crée une dépendance affective au mari violent tout en détruisant la personnalité de la victime.